ASSOCIATION INTERNATIONALE DES ECHECS FRANCOPHONES

Lettre ouverte à nos amis africains

Montréal / 3° Rencontres de l’AIDEF

Messieurs les Présidents des fédérations africaines membres de l’AIDEF,

Les 3° Rencontres Internationales des Echecs Francophones viennent de se terminer à Montréal et il s’agit maintenant d’en faire le bilan.

Incontestablement, sur le plan strictement échiquéen ce fut un grand succès, tant sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif : le tournoi principal a battu tous les records des éditions précédentes en totalisant 219 participants (dont 11 grand maîtres), le tournoi de blitz 102 et le tournoi de parties rapides 104 !

Tous les résultats détaillés se trouvent sur chess-results.

Sur le plan relationnel, tout s’est bien déroulé également, les conditions d’hébergement et de jeu étaient excellentes, les excusions proposées ont été fort appréciées ainsi que les moments où les participants ont eu l’occasion de se retrouver tous ensemble autour d’une bonne table. L’esprit sympathique et convivial de cette manifestation a été entretenu par l’accueil chaleureux que nous ont fait les responsables de la fédération québécoise. Un grand bravo au président Bernard Labadie et au directeur du tournoi Richard Bérubé.

Il reste néanmoins un point négatif qui a retenu toute mon attention ainsi que celle des membres du comité directeur de l’AIDEF qui étaient présents au Canada.

En effet la majorité des fédérations africaines subsahariennes qui avaient été invitées n’a pas pu se rendre à Montréal pour des raisons d’obtention de visa d’entrée au Canada.

J’ai pu constater que les conditions internationales d’obtention de visas se sont durcies ces derniers temps au Canada et dans d’autres pays "nantis", et ce par crainte d’une immigration illégale, principalement au détriment de pays d’Afrique subsaharienne.

Les règles sont devenues tellement strictes que même le président de la FIDE, Kirsan Ilyumzhinov, qui avait exprimé le désir d’assister à la cérémonie de clôture, n’a pas pu obtenir son visa à temps et ce malgré toutes les démarches effectuées par le président de la Fédération québécoise des Echecs, Bernard Labadie, auprès du ministère concerné et de l’ambassadeur du Canada à Moscou.

Cette situation est inacceptable car elle a empêché la majorité des pays d’Afrique subsaharienne que nous avions invité, d’envoyer des joueurs pourtant entièrement pris en charge, de participer aux championnats de l’AIDEF.

Il nous a manqué 7 pays et une quinzaine de joueurs !

Croyez que je le regrette et que j’en suis le premier désolé. Nous pourrons en discuter lors du 86° congrès de la FIDE qui se tiendra à Abu Dhabi du 1er au 9 septembre prochain. J’y serai présent pendant toute la durée et l’AIDEF a prévu une salle de réunion le 5 septembre de 9 à 11 heures.

Cette situation, inédite pour moi, me servira de leçon. A l’avenir, pour les prochaines éditions, ce sera un critère de sélection important qui sera pris en compte pour la désignation du pays organisateur. Des garanties devront être apportées par les organisateurs.

Plus de la moitié des francophones dans le monde se trouvent actuellement en Afrique et il est impératif qu’à l’avenir ce continent y soit représenté à sa juste valeur.

Je vous prie de bien vouloir accepter toutes nos excuses.

Patrick Van Hoolandt
Président de l’AIDEF

 
août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017


SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0